Enjeux de l’interopérabilité

mercredi 24 juillet 2013


Le besoin de collaborer

Année après année, les transports font appel à des technologies de plus en plus avancées, pour proposer des services de plus en plus diversifiés et répondre aux grands enjeux de sécurité et de mobilité durable :

  • optimisation de la fluidité du trafic,
  • respect de la réglementation,
  • information des voyageurs,
  • billettique,
  • gestion des urgences,
  • gestion de fret et de flotte… Ces technologies reposent sur des systèmes d’informations évolués et complexes, dont il faut garantir la pérennité et l’évolutivité.

Par ailleurs, l’enjeu de l’intermodalité amène les acteurs des divers modes de transport à travailler ensemble. Ces évolutions dans le monde des transports nécessitent de nouvelles approches dans le pilotage et la gestion des projets afin d’éviter le déploiement de systèmes peu compatibles et difficilement évolutifs.

Le cadrage très en amont et l’organisation des systèmes de transport est donc une clé essentielle de l’interopérabilité et de la pérennité des systèmes et des investissements. Il est indispensable de mettre à disposition des maîtres d’ouvrage, et plus généralement des acteurs d’un projet, une méthode, un modèle et des outils simples permettant à leur réflexion de gagner en rapidité et efficacité.

La démarche ACTIF

Conscient de ces enjeux, le ministère en charge des Transports, en concertation avec les acteurs du monde des transports, a lancé un projet visant à favoriser l’interopérabilité des systèmes de transports par une démarche d’urbanisation et d’architecture des systèmes d’information. C’est ainsi qu’est né ACTIF, pour Aide à la Conception de systèmes de Transports Interopérables en France.

Aujourd’hui, ACTIF est déjà utilisé pour des projets nationaux (Contrôle Sanction Automatisé (radars automatiques), architecture type d’un centre de contrôle et de gestion du trafic, …) et locaux (urbanisation du système de gestion des déplacements à Grenoble, prise en compte de la priorité bus dans le centre de gestion du trafic urbain du CG93 Gerfaut II, …).

La coopération internationale

D’autres pays dans le monde, conscients des enjeux de l’interopérabilité sur l’efficacité des réseaux de transports, se sont dotés d’outils similaires : États-Unis, Canada, Japon, Australie, Italie, etc.

ACTIF travaille en étroite coopération avec ces différents projets, afin de retirer les bénéfices des expériences étrangères et de permettre l’amélioration et la coordination des méthodes, des modèles et des outils, notamment en ce qui concerne les transports transfrontaliers. Une véritable relation de partenariat est ainsi en place avec l’architecture européenne FRAME.


 

calle